13 avril 2017

Une récente étude sur une nova naine confirme le potentiel de SITELLE


Illustration de Krzysztof Ulaczyk, Université de Warwick, Royaume-Uni

Grâce au spectromètre imageur SITELLE installé au Télescope Canada-France-Hawaï (TCFH), une équipe internationale, dont fait partie Laurent Drissen, professeur au Département de physique, de génie physique et d'optique, a établi un rapprochement entre une énigmatique étoile apparue soudainement au 17e siècle et l'éruption thermonucléaire d'une nova naine. En fait, les chercheurs ont repéré la nova naine AT Cancri, située dans la même région du ciel que l'étoile observée par les astronomes coréens, dont la luminosité aurait littéralement explosé à la suite d'une éruption survenue à la même époque.

Les conclusions de cette étude font d'ailleurs l'objet d'un article paru dans un récent numéro de Monthly Notices of the Royal Astronomical Society. Même s'il ne s'agit pas d'une preuve formelle, cette coïncidence est tout de même intrigante et le cas de cette nova naine apporte des éléments nouveaux concernant les éruptions se produisant pour ce type d'étoiles.

Fruit d'une longue collaboration entre l'équipe de l'astrophysicien Laurent Drissen et la firme ABB, SITELLE a valu au professeur Laurent Drissen le prix Synergie pour l'innovation du CRSNG cette année.

Pour plus de détails, nous vous invitons à lire l'article «L'étoile mystérieuse» publié dans Le Fil.